Désormais, les influenceurs kenyans seront soumis à des taxes sur leurs revenus

2 min de lecture

L’autorité kényane chargée de la collecte des revenus, Kenya Revenue Authority a instauré de nouvelles taxes sur les services numériques. Désormais, elles seront appliquées sur les services des influenceurs à travers leurs productions sur les plateformes numériques.

Le gouvernement du kenyan veut renflouer les caisses du pays. A travers la kenya Revenue Authority (KRA), il a mis en place de nouvelles taxes sur les services digitaux. « Les influenceurs des médias sociaux seront tenus de payer la taxe sur les services numériques, car leurs revenus proviennent de la fourniture de services via un marché numérique ou de la fourniture de services de publicité numérique au Kenya », a déclaré la KRA.

La taxe est assignée à 1,5% sur la valeur brute de la transaction (hors TVA) selon la loi de finances 2020. Elle est perçue et remise par des agents nommés par les commissaires aux taxes intérieures. Elle sera également due lors du transfert du paiement du service au prestataire.

En ce qui concerne les résidents et les sociétés détenant un établissement stable dans le pays, la taxe sera prélevée des impôts sur leur revenu dans l’année correspondante.

Quant aux non-résidents et aux entreprises n’ayant pas d’établissement stable au Kenya, ils payeront la taxe finale.

La nouvelle vision du gouvernement découle du constat que les influenceurs ne déclarent pas leurs revenus et ne paient pas de taxes malgré qu’ils exercent des activités commerciales via des plateformes numériques et permettent de stimuler des ventes de produits.

A part les influenceurs, la taxe numérique concerne également les médias par abonnements, les abonnements aux actualités et magazines en ligne, ainsi que les services de billetterie en ligne.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *