Kenya : des solutions numériques pour endiguer la Covid-19

2 min de lecture

 

Le gouvernement du Kenya a retenu une quasi trentaine d’entreprise pour mettre en place un système de paiement mobile dans les transports. L’information a été révélée le mardi 05 janvier 2021. Ce nouveau service va permettre de limiter les contaminations à la Covid-19.

Le gouvernement kenyan continue ses efforts pour ralentir la progression de la Covid-19 dans le pays. Désormais, les minicars de transports seront équipés d’un système de paiement mobile. L’information a été rendue publique par l’Autorité kenyane des transports et de la sécurité (NTSA) le mardi 05 janvier 2021. En prélude à cette innovation, la NTSA avait lancé au cours du mois de juin 2020 un appel d’offre en vue de l’installation de logiciels mobiles et d’applications web dans quelques 200 000 minicars de transport en commun un peu partout à travers le pays. Forte de cette expérience, l’autorité a octroyé des licences à 29 entreprises. Elle se chargeront ainsi de l’installation des systèmes d’e-paiement dans les cars.

Au nombre de ces dernières figurent les plateformes JamboPay, Cellulant, leader du paiement sur le continent, la société télécoms Safaricom et le fournisseur de services financiers KCB Bank.

Une fois le système opérationnel, il servira à résoudre de nombreux problèmes. Il permettra de réduire les opérations financières physiques qui peuvent favoriser des contaminations au coronavirus. Au cas échéant, il permettra de garder des traces financières qui peuvent servir à l’identification et à la localisation des individus en cas de contact avec un porteur du virus.

Outre les avantages sanitaires, le dispositif d’e-paiement va permettre aux propriétaires et aux chauffeurs de moyens de transports en commun de bien gérer leurs recettes. Pour Simon Kimutai, président de l’association des propriétaires de matatu, le projet permettra aux propriétaires « de comprendre la valeur de leurs investissements et mettra un terme au détournement d’une partie des recettes par des chauffeurs malhonnêtes ».

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *