L’Europe à la quête de la 6G ?

2 min de lecture

Ce 1er janvier 2021, l’Europe démarre un nouveau projet dénommé Hexa-X. Il rassemble un consortium solide de grands acteurs des TIC, de l’industrie et du mondeuniversitaire. Chapeautés par les sociétés de télécommunications Nokia et Ericsson, cette initiative permettra de jeter les bases de la 6G et définirl’orientation de ses futurs domaines de recherche et de normalisation.

Alors que la 5G commence juste à être déployée dans le monde et que certains Etats lui sont toujours réfractaires, et, en attendant sa montée en puissance pour 2023, l’initiative de la 6G émerge déjà en Europe. Elle a mobilisé en tout 25 acteurs dont des équipementiers et des opérateurs pour développer et jeter les bases de cette future révolution.

Le projet Hexa-X qui est financé par la Commission Européenne s’inscrit dans le cadre du programme de recherche et d’innovation horizon 2020 lui-même initié par l’Union Européenne. Il a vocation d’impliquer les principaux acteurs de l’industrie en Europe en vue de prendre les devants pour la prochaine avancée technologie : réseau sans fil ultra haut débit.

Pour ce projet, l’entreprise multinationale de télécommunications, Nokia est le coordonnateur tandis que l’équipementier suédois, Ericsson est le responsable technique. D’autres industriels notamment : Orange, Telefonica, Atos, le CEA, Intel, Siemens, ainsi que de nombreuses universités et écoles feront également parti de l’aventure vers la 6G. L’initiative doit déboucher à l’été 2023 sur un plan d’action coordonné. Par ce projet, le continent européen rejoint ainsi la Chine et les Etats-Unis dans la quête de la sixième génération de réseau.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *