Les fintech africaines se taillent une place parmi les plus alléchants marchés

2 min de lecture

Catalyst Fund et Briter Bridges ont publié jeudi 06 mai 2021 un nouveau rapport sur l’état de financement des fintech. Cette étude qui a été faite sur plusieurs régions du monde démontre que les jeunes entreprises africaines du domaine de la technologie ont levé un important fonds malgré la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus comparativement aux startups des marchés émergents à l’instar de des marchés de l’Amérique latine qui ont plutôt subit une régression.

L’accélérateur mondial pour les startups fintech inclusives, Catalyst Fund et la société de recherche Briter Bridges ont rendu public jeudi 06 mai 2021 un rapport qui classe les startups africaines de technologie parmi les plus fructueuses durant l’année 2020. Selon ledit rapport, la valeur des fonds récoltés par les entreprises est passée de 1 milliard de dollars en 2019 à 1,35 milliard de dollars en 2020. Une somme qui inclue les fusions et acquisitions. Les fintech indiennes et latino-américaines bien qu’elles ont levé plus de capitaux que celles africaines, ont connu une réduction de leurs volumes par rapport à l’année dernière.

D’après le même rapport, l’Afrique se trouve être excellente dans les opérations de pré-amorçage et d’amorçage. Cependant, le domaine des grandes transactions est encore à une étape embryonnaire sur le continent. « Le nombre d’accords de pré-amorçage et d’amorçage en Afrique augmente ». « Alors que l’Amérique latine et l’Inde voient un nombre croissant de méga-accords, les marchés africains commencent à peine à voir quelques accords de ce type à un stade avancé. » peut-on lire dans le rapport de Catalyst Fund et Briter Bridges.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *