La BAD s’implique dans l’inclusion numérique et financière des femmes en zone CEDEAO

2 min de lecture

La Banque africaine de développement a octroyé un financement de 320 535 dollars à l’Agence monétaire ouest-africaine (AMAO). Cette subvention a pour but de faciliter l’intégration du genre dans les cadres règlementaires de base des services financiers numériques (SFN) de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La Banque africaine de développement a pour ambition d’accroitre le taux participatif des femmes aux opérations du marché financier numérique dans la région ouest africaine. La subvention de 320 534 dollars environ 174 325 000 Franc CFA accordée à l’Agence monétaire Ouest-africaine (AMAO) va permettre de réaliser une analyse des écarts entres sexes qui existent dans plusieurs stratégies de cette Agence à l’instar de celles qui font cas de l’inclusion financière. L’analyse concernera également les données ventilées par genre, les services et infrastructures de paiement numériques, et l’identité numérique. Ce projet sera réalisé sur une période de 3 ans. Il couvre éventuellement 350 millions de personnes dans les 15 pays de la CEDEAO notamment le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.

« Avec un secrétariat représentant les quinze banques centrales de la CEDEAO, l’AMAO joue un rôle central dans la consolidation et la mise en œuvre des objectifs stratégiques concernant l’inclusion financière. » a déclaré Sheila Okiro, coordonnatrice de l’AFDI.

Les fonds seront rendus disponibles par le mécanisme de financement mixte, Facilité pour l’inclusion financière numérique en Afrique (AFDI) soutenu par le groupe de la Banque africaine de développement.

 

« L’AFDI et l’équipe du projet de l’AMAO travailleront en étroite collaboration avec d’autres acteurs de l’écosystème de la région pour assurer une harmonisation des efforts permettant de créer un impact maximal », a ajouté Sheila Okiro.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *